Les liens utiles

ϟ Le Contexte
ϟ Le Réglement
ϟ Listing des avatars
ϟ Listing des métiers
ϟ Listing des pouvoirs
ϟ Les PV
ϟ Les Scénarios

ϟ Magic pas à pas

Partagez| .
Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas ~ Ezéchiel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


ϟ Parchemins : 151

MessageSujet: Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas ~ Ezéchiel Dim 13 Mar - 13:52



Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas


Vendredi 4 Mars 2016


Sa journée de travail étant fini, Beny était rentré chez lui, après avoir remis la boutique en ordre. La journée ne s’était pas vraiment déroulée comme il l’avait imaginé. Pourtant, tout avait bien commencé, ça avait été une journée normale, il avait ouvert sa boutique, préparé des pâtisseries, discuter avec son serveur puis elle était arrivée. Elle, c’était Valandra Widow, la fiancée d’Ezéchiel, le petit-ami très officieux de Benoît. Si au début il avait été méchant avec elle, comportement qu’il ne s’expliquait pas, il avait fini par avoir de la peine pour elle et ils avaient discuté plus normalement. Mais à présent que le pâtissier était de nouveau seul, et chez lui, il voyait les choses différemment. Au final, il ne savait plus très bien qui était la victime dans toute cette histoire. Lui ? Valandra ? En réalité, il penchait plus vers Ezéchiel. Après tout, c’était lui qui se retrouvait coincé entre son amie d’enfance à qui il était fiancé et l’homme qu’il aimait. Et comme il les appréciait tous les deux, ça ne devait pas être évident pour lui.

Beny avait alors pris la décision de préparer quelque chose pour son chéri, quelque chose qu’il aimait plus qu’une banale tarte chocolat-orange comme lui avait acheté la fameuse Valandra ! Il regagna donc rapidement sa cuisine, l’esprit occupait par son petit-ami, et sorti petit à petit de quoi faire une délicieuse forêt noire ! Heureusement qu’il avait toujours ce qu’il fallait chez lui pour préparer des pâtisseries. Si avant il avait surtout dans ses placards de la farine, de chocolat à cuir, et divers pralines ou garnitures pour muffins, depuis qu’il sortait avec l’héritier Crowford, il avait fait l’acquisition de bouteilles d’alcools. D’une part pour les pâtisseries, comme le rhum ou la liqueur de cerise, et d’autre part parce qu’il savait qu’Ezéchiel aimait boire de temps à autre.

Il se lança donc dans la confection de son dessert, en réfléchissant à la manière de le faire parvenir à son bien aimé. Il aurait pu aller le voir, directement au manoir Crowford, pour lui donner en mains propres, mais…s’il croisait Alexandre, le père d’Ezéchiel ? Il préférait ne pas y penser ! Et il ne pensait pas que le brun viendrait le voir ce soir, il ne lui en avait pas parlé en tout cas… Bah, tant pis, il lui enverrait le gâteau par hibou ! Heureusement qu’il avait appris à maîtriser un sort stabilisant, ainsi la pâtisserie n’arriverait pas en miette quand Ezéchiel recevrait le paquet. Fort de sa décision, il redoubla d’effort dans la préparation de la douceur qu’il réservait à celui qui lui avait volé son cœur.

Il était soigneusement en train de mettre les cerises sur le gâteau quand il entendit une clef jouer dans la serrure. Il suspendit son geste, une cerise coincée entre deux doigts et son cœur se mit à battre la chamade. Il n’y avait qu’une seule personne, en dehors de lui, qui avait la clef de son appartement. Il laissa tomber le fruit, se moquant bien de l’endroit où il atterrirait et se précipita hors de la cuisine, en s’essuyant les mains sur son tablier. Il arriva alors dans le couloir, où il vit son brun qui venait de refermer la porte. Il était là ! Il était venu le voir ! Plus heureux que jamais, Beny s’avança vers lui et accula Ezéchiel contre un mur avant d’aller s’emparer de sa bouche. Tandis qu’il l’embrassait avec une passion certaine, il passa ses bras autour de son cou et se colla davantage à lui. Merlin qu’il était heureux qu’il soit là, avec lui, plutôt qu’avec cette pimbêche qui lui servait de fiancée ! A bout de souffle, le pâtissier finit par séparer leur bouche pour lui adressait un sourire tendre.

-Je suis content de te voir Ezéchiel, souffla-t-il contre ses lèvres.

Il ne lui laissa guère l’occasion de lui répondre car, déjà, il s’emparait de nouveau de ses lèvres.


If they hurt you, they hurt me too
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


ϟ Parchemins : 153

MessageSujet: Re: Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas ~ Ezéchiel Mer 16 Mar - 18:32



Le coeur perçoit ce que l'oeil ne voit pas


 



Vendredi 4 mars

Ezéchiel avait passé une journée bien trop morne à son goût. Enfermé dans son bureau, il avait commencé par travailler -oui oui, par travailler- sur les dossiers que Camille avait déposés là dans l'espoir qu'il les remplisse. Il s'était donc mis au boulot, bon gré mal gré, en ronchonnant intérieurement. A quoi ça pouvait bien servir ? Qu'il aille inspecter les patrouilleurs ça oui, il comprenait, il fallait bien que quelqu'un veille à ce qu'ils fassent bien leur travail, mais signer des papiers... N'importe qui pouvait le faire. Il aurait tout aussi bien pu vérifier que tout allait bien sans risquer une entorse au poignet. Au bout de deux heure, il en avait eu marre et avait fini par sortir son livre pour faire passer le temps. Mais même si Sean Set, un de ses auteurs préférés, arrivait habituellement à le plonger assez dans ses romans pour que le temps file,cette fois si ça ne marcha pas.
Forcément, puisqu'il avait prévu d'aller rendre visite à son Beny le soir. Et lorsqu'il prévoyait de le voir, le temps qui les séparait prenait un malin plaisir à s'écouler plus lentement. Merlin, pourquoi avait-il l'idée saugrenue de cacher leur relation ?? Si seulement il s'était tu, son pâtissier pourrait dormir avec lui tous les soirs. Et chaque matin tous les deux mettraient cinq fois plus de temps à se lever parce que le riche héritier détestait sortir du lit quand il avait son brun contre lui. Enfin, détestait... Encore plus que d'habitude quoi. Mais même avec ce petit inconvénient il aurait préféré cette vie là. Enfin, ce soir, Beny serait tout à lui. C'était déjà ça.

Pour faire passer le temps plus vite, il alla faire un tour dans le bureau de Théo, qui lui informa qu'il était occupé, lui. Ne comptant pas le laisser se tirer d'affaire si facilement, Ezéchiel s'empara du chapeau de son cousin. La technique infaillible pour qu'il cesse de l'ignorer. Ces moments là ramenaient toujours les deux Crowford plusieurs années en arrière, car ils se mettaient alors à se poursuivre comme lorsqu'ils étaient enfants. Finalement, la petite bataille cessa, mais l'ancien serpentard -celui qui nous intéresse dans ce rp, pas l'autre- avait tout de même eu le temps de lancer un sortilège très amusant sur le couvre chef de son aîné. Pour ne pas éveiller les soupçons, il pris garde à ne pas être trop sage mais se décida à partir peu de temps après, ravi à l'idée que Théodore se trimballe dans tout le Ministère avec un chapeau sur lequel gambadaient de jolis agneaux roses sans qu'il ne s'en aperçoive.

Le cadet des Crowford quitta son bureau de bien meilleure humeur que lorsqu'il y était rentré, et il rentra an Manoir un sourire aux lèvres. Il enleva sa chemise pour la troquer contre une plus propre et légèrement transparente, qu'il n'avait encore jamais porté. Un coup d'oeil dans le miroir lui indiqua qu'il avait fait le bon choix. Il n'aurait jamais porté ça pour sortir mais pour Beny... Ce serait parfait ! Pour éviter toute réflexion au cas où il croiserait son père, il enfila quand même une petite veste, puis sortit de sa chambre. Il attrapa au passage Syphilis qu'il chargea d'annoncer à sa mère qu'il serait absent pour le repas... Ce qui s'avéra inutile car il la croisa juste avant de franchir la lourde porte d'entrée. Il n'était pas rare qu'Ezéchiel s'absente, aussi sa petite escapade n'avait rien d'inhabituelle, pourtant il aurait juré avoir vu Octavie esquisser un sourire entendu. Il était prêt à parier qu'elle avait deviné qu'il y avait quelqu'un dans sa vie... Sa mère était trop perspicace.

Le serpentard transplana directement devant chez le pâtissier pour éviter de se faire voir et sortit les clé de sa poche pour entrer chez lui. Il aurait pu sonner à la porte parce qu'il était presque certain qu'il était là, mais il préférait se servir de son double. Ça le rendait secrètement heureux. Et puis il fallait bien qu'il l'utilise quand même ! Beny ne le lui avait pas offert pour rien après tout. Il aurait bien aimé arriver en douce derrière son petit-ami pour aller l'embrasser dans le cou, mais l'accueil qu'il reçut lui alla finalement très bien aussi.

Il n'avait, en effet, pas fait un seul pas à l'intérieur qu'une petite boule de joie le plaquait contre le mur et cherchait sa bouche pour l'embrasser. Oui, ça lui plaisait bien ! Enroulant ses bras autour de la taille du poufsouffle, il l'attira contre lui pour approfondir tout ça, une de ses mains glissant malencontreusement plus bas que ses hanches pour aller s'aventurer sur ses jolies fesses. Il passa son autre main dans les cheveux de son chéri, qu'il adorait caresser.

-Je vois ça oui, fit Ezé, un peu essoufflé, un sourire aux lèvres. Moi aussi d'ailleurs...

Sans lui laisser le temps de répondre, il retourna l'embrasser avant d'aller présenter leurs habits au sol de l'appartement. Bon, finalement sa chemise n'aurait pas servie à grand chose, tant pis, il la remettrait un autre jour.

Alors qu'ils étaient tous les deux allongés sur le canapé, Beny blotti dans ses bras et Ezé occupé à lui caresser doucement le dos, l'héritier Crowford se fit la réflexion que si les choses pouvaient être ainsi tous les jours, sa vie serait vraiment belle.

-Ça a été ta journée ? Fit-il en lui embrassant la tempe. J'espère que tu n'avais rien prévu pour ce soir...

De toutes façons même s'il avait prévu des choses, tant pis, il le kidnappait. Déjà qu'ils n'avaient que peu de temps ensemble...  



© Aelyne









Dernière édition par Ezéchiel U. Crowford le Mar 16 Aoû - 19:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


ϟ Parchemins : 151

MessageSujet: Re: Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas ~ Ezéchiel Ven 18 Mar - 23:04



Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas


Si la visite imprévue d’Ezéchiel avait surpris Beny, il s’était vite remis de sa stupéfaction pour aller rejoindre le brun qui lui avait volé son cœur. Se laissant emporter par son élan, il plaqua l’héritier Crowford contre le mur pour aller l’embrasser. Et il fut plus qu’heureux de sentir le bras de ce dernier se refermer autour de sa taille pour l’attirer contre lui ! Merlin, qu’il aimait cet homme… Il suffisait d’un rien pour faire de lui le plus heureux des hommes. Il avait juste besoin d’avoir Ezéchiel à ses côtés, et ça lui suffisait. Même si, bien entendu, il ne disait jamais non aux contacts physiques ! Lorsqu’il sentit la main de son petit ami quitter sa hanche pour aller vagabonder sur ses fesses, il esquissa un léger sourire contre ses lèvres. Avant de lui ôter sa chemise et de l’envoyer rejoindre le sol de son appartement sans autre forme de procès.

Le sourire que lui adressa l’aristocrate avant d’affirmer qu’il était, lui aussi, heureux de le voir, fit fondre le pâtissier aussi sûrement que des morceaux de chocolat au bain-marie ! Il n’eut même pas le temps d’ouvrir la bouche pour lui répondre que, déjà, cette dernière se retrouva assaillie par celle de son vis-à-vis et les deux amoureux repartirent pour un baiser passionné. Baiser qui dérapa bien vite, les vêtements se retrouvèrent alors à quitter le corps de leur propriétaire pour rejoindre la veste qui gisait à leurs pieds. Ces derniers formaient un chemin jusqu’au canapé où échouèrent les deux bruns.

Finalement, l’accueil qu’il avait fait à son petit ami avait dérapé d’une manière qu’il n’avait pas forcément prévu, mais Beny ne s’en plaignait pas le moins du monde. Même s’il se retrouvait à présent nu, allongé sur son canapé, dans les bras de son chéri. C’était justement parce qu’il était blotti contre son amoureux qu’il ne s’en plaignait pas. Il était bien là, contre lui, la tête enfouie dans sa nuque, la main de son brun caressant son dos de manière agréable. Ezéchiel les avait recouverts d’un plaid qui traînait sur le canapé, si bien qu’il n’avait même pas froid. Il en venait même à penser qu’il ne serait pas contre de passer toute sa soirée ici, dans les bras de son chéri, sans quitter son canapé. Mais bon, à un moment ou à un autre, il faudrait bien qu’ils aillent se nourrir. En entendant Ezéchiel parlait, le pâtissier ouvrit paresseusement un œil pour le regarder.

-Comme si j’allais quitter le confort de tes bras pour aller faire autre chose, marmonna-t-il en enfouissant un peu plus sa tête contre son cou, où il déposa un baiser.

Par contre, bien que cette position soit très confortable et que l’espace où était nichée sa tête était très chaud et sentait bon, ce n’était pas ainsi qu’ils pourraient avoir une conversation. Aussi Beny se décala-t-il légèrement, à contre cœur, afin de pouvoir regarder son amoureux et de pouvoir discuter avec lui. Sa journée ? Et bien, elle avait été normale, si on excluait Valandra de l’équation, pensa-t-il, son visage se faisant soudainement pensif à cette idée, mais il n’avait pas envie de parler de sa fiancée à Ezéchiel. Déjà parce que la demoiselle lui en avait fait la demande, et ensuite parce qu’il ne voulait que le brun se rende compte de sa jalouse puérile à l’égard de cette femme.

-Ma journée ? Elle a été…normale, répondit-il après une toute petite hésitation. Et la tienne ? Tu étais au ministère aujourd’hui non ? Ça a pas été trop fatiguant ?

Après tout, il savait bien qu’Ezéchiel n’était pas un grand fan de son travail, et il pouvait comprendre ! Lui non plus ne supporterait pas de passer sa journée derrière un bureau à lire des papiers ! Il était bien mieux derrière ses fourneaux à préparer des gâteaux toute la journée.

-Non, je n’avais rien de prévu ce soir, à part finir de te préparer une forêt noire pour te l’envoyer, raconta-t-il en haussant légèrement les épaules. Mais ça peut attendre !

Comme pour appuyer ses dires, il appuya sa tête sur l’épaule de son petit ami et se mit à lui caresser distraitement ses abdominaux – magnifiquement sculptés. Enfin, si Ezéchiel décrétait qu’il avait envie de la manger, cette forêt noire, il se lèverait quand même pour aller la terminer. Après tout, il était incapable de refuser quoique ce soit à son chéri.



If they hurt you, they hurt me too
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


ϟ Parchemins : 153

MessageSujet: Re: Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas ~ Ezéchiel Lun 21 Mar - 15:02



Le coeur perçoit ce que l'oeil ne voit pas


 



Vendredi 4 mars

Ezéchiel eut un petit rire en entendant la remarque de son brun. De toutes façons il n'avait eu l'intention de le lâcher. Déjà qu'il ne pouvait pas l'avoir pour lui souvent... Il profitait de la moindre des occasions pour le tenir contre lui. Il adorait sentir son corps tiède contre lui, passer sa main sur sa peau, dans ses cheveux, aller l'embrasser... Alors pas question de le laisser filer. Passant un bras autour de sa taille, il cala le pâtissier un peu plus contre lui et s'enfonça dans les profondeurs du canapé, qu'il ne comptait pas quitter pour le moment. Il laissa toutefois Beny éloigner un peu son visage du sien pour pouvoir lui répondre, sans pour autant lui permettre de décoller leurs corps.

Il fronça fugacement les sourcils en notant le petit air pensif que son amoureux arbora l'espace d'un instant. Lui... Il lui cachait des choses. Et pour qu'il veuille ne pas lui en parler, c'était soit que ça risquait de lui faire -selon lui- de la peine, soit parce que quelqu'un lui avait demandé de ne rien dire. Dans les deux cas ça l'amenait à penser à une certaine personne de sa connaissance. Une personne a qui ça ressemblerait bien d'aller faire un tour chez Fortarôme pour voir ni vu ni connu qui était l'homme qui mettait son fiancé hors jeu pour tout ce qui était question de sexe. Forcément... Pour tout avouer, il s'y attendu, à ce qu'elle aille voir son Beny. Elle était curieuse et puis... Après tout le pâtissier était la raison pour laquelle il refusait de coucher avec elle à présent. Normal qu'elle veuille en savoir plus. Il espérait juste qu'elle n'avait pas fait de mal à l'élu de son cœur... Parce que sa notion de bien et de mal était parfois un peu discutable.

L'hésitation, même si elle avait été infime, dans la voix de Beny lui confirma ses hypothèses. Bon, Valandra avait donc bien été lui rendre une petite visite. Mais à le voir ça n'avait pas dû être si terrible. Il était soulagé que la brune ait choisi d'accepter l'ancien poufsouffle. Sinon ça aurait pu très mal tourner.

-Toi, tu as rencontré Valandra... Qu'est ce qu'elle t'a dit ? Fit-il avait de répondre à sa question. Oui j'étais au Ministère... Mais bon c'est pas comme si je me tuais à la tache.

Pour ne pas carrément dire qu'il ne foutait rien. Enfin non pas rien ! Parfois il allait inspecter. C'était bien ça, d'inspecter. Mais bon, pour l'instant il n'avait pas vraiment envie de penser à son fichu travail imposé. Il était en repos, voilà.

-Tu vas pouvoir me la donner en main propre comme ça, rigola l'héritier Crowford. Et même la manger avec moi.


Hum, la pensée de Beny en train de manger du chocolat lui plaisait bien... Parce que c'était facile à étaler, le chocolat. Mais avant ça ils devraient manger. Sauf qu'il n'avait pas du tout du touuuut envie de bouger.

-Syphilis ! S'écria-t-il, pris d'une soudaine inspiration.

Il attendit que son elfe apparaisse pour continuer :

-Je veux un repas pour deux personnes. Le plus vite possible.


L'elfe s'inclina et disparu, laissant Ezé bien content. Voilà, comme ça il n'aurait pas à se séparer de son Beny pour devoir préparer quelque chose d'aussi futile qu'un repas. Au pire son elfe pourrait toujours piquer le repas du Manoir. Avec un peu de chance Alexandre n'y mangerait pas et sa mère n'avait pas trop d'appétit, sauf quand il était question de poire et de chocolat...



© Aelyne









Dernière édition par Ezéchiel U. Crowford le Mar 29 Mar - 20:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


ϟ Parchemins : 151

MessageSujet: Re: Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas ~ Ezéchiel Mer 23 Mar - 22:39



Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas


En entendant le nom de Valandra sortir de la bouche de son petit ami, Beny releva la tête pour le regarder, les yeux écarquillés de surprise. Il était vraiment trop doué pour deviner les choses ! se dit le pâtissier tandis que la surprise dans ses yeux se changeait en admiration. Peut-être était-ce qu’il était très transparent, ou qu’Ezéchiel le connaissait par cœur, toujours était-il que le brun mignon était soufflé par l’aptitude de son petit-ami de toujours tout deviner. Mais il n’avait pas très envie de se remémorer cette visite surprise, aussi retourna-t-il enfouir sa tête contre la peau de son amoureux. D’un autre côté, il n’avait pas envie de laisser sa question sans réponse, lui-même ne supportait pas ce genre de chose, et il n’avait pas envie de faire subir la même chose aux autres. Surtout pas à l’homme qu’il aimait ! Tandis qu’il réfléchissait à ce qu’il allait lui dire, ou non, il laissa sa main droite vagabonder sur le torse délicieusement musclé de son petit-ami.

-Elle est venue acheter une tarte chocolat-orange sur laquelle elle a voulu que j’écrive « Ezéchiel », commença-t-il en bougonnant de manière adorable. Et elle voulait que je te la livre en te disant que la pâtisserie et le livreur était de sa part….

Chose qu’il n’avait clairement pas faite puisque la tarte en question traînait sur un coin de son comptoir, dans sa cuisine. Il n’avait pas réussi à se décider sur la démarche à suivre, devait-il la jeter ? la livrer à Ezé comme demander ? La manger ? Aussi l’avait-il emporté chez lui pour se décider plus tard…. Sauf qu’on était plus tard et qu’il était installé contre son amoureux. Enfin, maintenant qu’il lui en avait parlé, la solution viendrait d’elle-même.

-Oh et elle a commandé une pièce montée pour le mariage de sa cousine aussi, ajouta-t-il alors que son doigt venait machinalement retracer le contour du téton du brun.

Oui, c’était un bon résumé, songea-t-il plutôt fier de lui. C’était réellement ce qu’il c’était passé et il n’avait pas besoin de rentrer dans les détails. Ainsi, il respectait la promesse qu’il avait faite à la demoiselle et ne parlait pas des confidences qu’il avait reçu à son petit-ami. Il ne restait plus qu’à espérer que ce dernier ne reviendrait pas à la charge.

-Pourquoi tu démissionnes pas si t’aimes pas ce que tu fais ? demanda naturellement Beny tandis que son doigt glissait de son téton jusqu’à son nombril en suivant la courbe de ses abdos.

Ezéchiel avait vraiment un beau corps, songeait le pâtissier en admirant le torse parfait de son chéri tandis qu’il continuait de faire vagabonder ses doigts sur ce dernier. Un sourire étira ses lèvres quand il entendit son brun rire en parlant de la forêt noire. Il releva la tête pour le regarder, en déposant un baiser sur l’épaule de son amoureux.

-Pour qu’on puisse la manger ensemble, il faudrait déjà que je la termine tu sais, fit-il remarquer avec un sourire tendre.

Il se serait bien levé pour aller préparer le dîner et terminer de préparer le dessert, mais son amoureux le tenait trop étroitement serrer contre lui pour qu’il puisse esquisser un geste hors du canapé. Enfin ça, c’était l’excuse que se donner le pâtissier qui n’avait juste pas envie de bouger. Par contre, perdu dans ses pensées amoureuses, il sursauta en entendant Ezéchiel appeler son elfe de maison – au nom discutable – pour lui ordonner de préparer un repas pour deux. Il avait beau trouver ces drôles de petites créatures un peu effrayantes, c’était quand même bien pratique, parfois, d’être riche et d’avoir un elfe de maison à ses ordres. Quand l’elfe eut disparu dans un « crac » sonore, Beny gigota un peu contre son brun, jusqu’à se retrouver à moitié allonger sur lui.

-Merci… souffla-t-il contre ses lèvres.

Avant de tout simplement aller l’embrasser en glissant une main dans ses cheveux, qu’il adorait triturer.


If they hurt you, they hurt me too
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


ϟ Parchemins : 153

MessageSujet: Re: Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas ~ Ezéchiel Mar 29 Mar - 20:07



Le coeur perçoit ce que l'oeil ne voit pas


 



Vendredi 4 mars

Ezéchiel esquissa un léger sourire attendri. Rien qu'à voir la tête de son amant, il pouvait deviner ce qui lui traversait l'esprit. Ses grands yeux brillants d'admiration et son air surpris voulaient clairement signifier qu'il avait vu juste, et que son brun se demandait encore comment il avait fait pour le savoir. Il aurait dû commencer à comprendre que son visage était un véritable livre ouvert pourtant.... Mais chaque fois ça l'impressionnait autant. Il trouvait ça adorable. Ce n'était pourtant pas difficile de tout savoir sur le pâtissier... Il était tellement transparent ! Sans compter que l'héritier Crowford l'observait depuis assez longtemps -environ huit ans pour être précis- pour avoir appris à déchiffrer la moindre de ses expressions et pour le connaître par cœur. Il se souvenait encore comment, à Poudlard, à force de le regarder en catimini, il avait appris tous les goûts et les habitudes de Beny. En y repensant, sa manie de l'observer avait un peu tourné à l'obsession à cette époque. Ça pouvait presque faire peur. Mais bon, c'était un Crowford alors il avait le droit. Il avait le droit de tout.

Il eut un petit rire. Oui, ça ressemblait bien à sa fiancée de faire une chose pareille... C'était sûrement une façon de leur dire qu'elle leur donnait leur bénédiction. C'était vraiment gentil de sa part. Ezéchiel avait conscience qu'elle n'appréciait pas trop sa soudaine décision de mettre fin à leurs mémorables parties de jambe en l'air... Cependant la réaction de son brun indiquait clairement qu'elle n'avait pas fait que ça. Sûrement pas des menaces. Elle n'aurait pas pris la peine de leur souhaiter un mazel tov pour les menacer ensuite. Et puis si elle avait fait ça Beny n'agirait pas de cette façon. A tous les coups elle n'avait pas résisté à l'envie de faire marcher son brun...

-Et elle t'a dit quelque chose du genre qu'elle allait regretter nos fiançailles ?

Peut-être les regretterait-elle effectivement, mais certainement pas parce qu'elle était amoureuse de lui. Et puis ça avait toujours été clair entre eux, et la jeune femme était suffisamment douée pour se trouver une situation tout aussi confortable que celle de fiancée à l'héritier Crowford.

-Ne crois pas tout ce que te dis Valandra
, fit-il doucement en lui caressant les cheveux.

Il n'allait pas lui dire que sous ses airs de filles modèle se cachait une tout autre personne -après tout il n'allait pas trahir la confiance de la brune- mais il n'avait pas envie qu'il culpabilise non plus. Savoir qu'elle avait commandé une pièce montée pour Felicia le fit sourire. C'était la demoiselle qui allait contente... Pour le plus grand bonheur de Valandra. Ironiquement bien sûr.

-Eh bien parce que mon père serait furieux... Et qu'il faut bien que je travaille.

Distrait par le doigt qui serpentait sur sa peau, Ezéchiel n'avait pas vraiment approfondi sa réponse De toutes façons il n'avait pas vraiment envie de s'attarder sur son travail pour le moment. Ni sur son père ! Encore moins de son père d'ailleurs. Alors certes ce n'était pas si simple que ça mais lui expliquer en long en large et en travers maintenant... Non. Quoique. Finalement si, ça pouvait bien se résumer comme ça. Après tout son géniteur était vraiment son seul problème. Ezé lui obéissait à peu près là-dessus parce que pour le reste il le contredisait toujours, et il estimait qu'il pouvait au moins faire ça pour lui. Vu tous les soucis qu'il attirait à Alexandre...

-Rien ne presse...

La forêt noire pouvait bien attendre un peu. Il aimait bien ça mais là il n'avait pas envie de bouger. Et puis il ne savait pas combien de temps il lui faudrait encore pour cuisiner et il n'avait pas l'intention d'attendre bien sagement pendant de longues minutes pendant que Beny était aux fourneaux.

Attisé par la faim, le brun appela son elfe de maison et eut un petit sourire lorsque le pâtissier le remercia. Pour le coup il faisait pourtant ça par égoïsme... il n'avait juste pas envie de bouger. Mais penser à Octavie lui donnait envie de la présenter à son petit-ami.

-J'aimerais bien que tu rencontres ma mère...
Fit-il pensivement.

Il était d'ailleurs persuadé que c'était possible. La blonde était discrète et elle n'irait sûrement pas cafter à son père qu'il sortait avec un ancien poufsouffle. Sans compter qu'elle devait certainement déjà se douter qu'il était amoureux...





© Aelyne









Dernière édition par Ezéchiel U. Crowford le Mar 19 Avr - 11:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


ϟ Parchemins : 151

MessageSujet: Re: Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas ~ Ezéchiel Dim 10 Avr - 19:16



Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas


Ezéchiel était très fort, il le savait pourtant ! Mais ça ne l’empêchait pas d’être surpris, de nouveau, quand le brun lui parla de Valandra et de son aveu sur ses fiançailles avec l’héritier Crowford. En effet, elle lui avait bien dit, plus ou moins, qu’elle regrettait que ce mariage ne se fasse pas, et Beny n’avait pas su comment réagir face à une telle confession. Et il ne savait pas comment réagir non plus face à la clairvoyance de son petit ami. D’un côté, il avait promis à la demoiselle de ne rien dire de tout cela à Ezéchiel mais de l’autre…il avait horreur du mensonge et il n’avait jamais menti à Ezéchiel ! Or, il ne voulait absolument pas commencer aujourd’hui. Et puis…puisque le brun l’avait deviné, il ne trahissait pas vraiment la brune non ? ça voulait juste dire que son amoureux connaissait bien celle qui était, pour le moment encore, sa fiancée.

-Oui…C’est ce qu’elle a dit, avoua-t-il d’une petite voix en gardant la tête enfouie dans le cou de son brun.

La main d’Ezéchiel dans ses cheveux, qu’il caressait, avait quelque chose d’apaisant, qui ne lui donnait pas envie de continuer à parler de Valandra, et qui ne lui donnait clairement pas envie de se lever. Il était bien ainsi, calé dans les bras de l’homme qu’il aimait. Il avait l’impression d’être dans un cocon de paradis, qui n’existait que pour eux. Dommage que la conversation ne fût pas aussi agréable que leur position. Enfin bon, le pâtissier n’allait pas se plaindre, d’autant plus que les paroles de son chéri l’intriguaient au plus haut point.

-Pourquoi tu dis ça ? demanda-t-il en décalant légèrement sa tête pour le regarder. Elle avait l’air sincère pourtant…

Elle avait d’ailleurs réussi à faire de la peine au glacier, qui s’était senti désolé pour elle parce qu’il avait l’impression de lui voler l’homme qu’elle aimait. D’un autre côté, ce serait plus horrible encore d’abandonner Ezéchiel pour la rendre, elle, heureuse. Surtout qu’Ezéchiel était amoureux de lui, et non de Valandra, et que donc il ne serait pas heureux non plus ! Enfin…c’était ce qu’il préférait se dire parce qu’au final, peut être que son petit ami aurait été heureux avec elle…

Quand il aborda la question du travail au ministère de son brun, Beny comprit, sans trop de difficulté, qu’Ezéchiel n’avait pas envie d’en parler. Sa réponse était concise et la simple évocation du père Crowford suffit pour que le pâtissier ne cherche pas à en savoir plus. Le père de son petit ami était un sujet que le glacier ne voulait pas vraiment aborder. Il savait qu’Ezéchiel avait une relation particulière et tendue avec son géniteur et que ce dernier était l’une des raisons qui poussait son amoureux à cacher leur relation. Il faudrait bien, un jour, qu’ils en parlent, mais ce soir, Beny ne se sentait pas le cœur à ça, il préférait passer une soirée tranquille dans les bras de son brun. Il préféra donc parler de la forêt noire qu’il avait commencé à préparer et qui se trouvait toujours, telle qu’il l’avait laissé dans la cuisine.

-Non…répondit-il en déposant un baiser sur l’épaule du brun. Au pire, tu l’auras demain…

Parce que bon, il n’avait, pour l’instant, pas envie de se lever et il n’avait que trop conscience que tant qu’Ezéchiel n’aura pas décidé de le lâcher, il ne pourrait, de toute façon, pas quitter ses bras. D’ailleurs, vu que son brun avait appelé son elfe de maison, il n’avait pas envie de bouger lui non plus. Par contre, quand il lâcha, avec un naturel déconcertant, qu’il aimerait bien qu’il rencontre sa mère, Beny leva la tête vers lui, pour lui lancer un regard surpris et un peu perdu.

-Pour…pourquoi ? demanda-t-il perdu en le dévisageant. Je…je saurais même pas comment me comporter devant ta mère…Avoua-t-il tout penaud. Je vais te faire honte…

Parce qu’il avait déjà entendu parler d’Octavie Crowford, cette femme douce et élégante, qui était raffinée, polie et courtoise. A tous les coups, il se ridiculiserait devant elle et elle finirait par se demander pourquoi son fils était tombé amoureux d’un tel idiot !



If they hurt you, they hurt me too


Dernière édition par Benoît F. Fortarôme le Dim 31 Juil - 19:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


ϟ Parchemins : 153

MessageSujet: Re: Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas ~ Ezéchiel Mar 19 Avr - 11:12



Le coeur perçoit ce que l'oeil ne voit pas


 



Vendredi 4 mars

Ezéchiel esquissa un sourire en entendant la petite voix de Beny. Lui, il n'avait pas envie d'en parler, c'était évident. Il ne savait pas ce qui s'était passé mais il se doutait un peu du petit manège qui avait pu se produire... Après tout avec le temps il avait finit par connaître Valandra. Et le poufsouffle. Quoiqu’il n’y avait pas besoin d’avoir observé son brun des années pour pouvoir déchiffrer les expressions qui s’étalaient sur son visages. Parfois il était si facile de lire ses traits qu’il aurait pu y avoir écrit ce qu’il ressentait en gros sur son front, ça aurait été pareil. Ezéchiel avait toujours trouvé ça particulièrement adorable d’ailleurs. Et puis ça lui allait très bien parce qu’ainsi il ne pouvait rien lui cacher et l’héritier Crowford détestait qu’on cache des choses.

Il ferma les yeux un instant pour savourer le contact de la main de Beny dans ses cheveux. Parfois il avait l’impression de vivre un rêve. Pendant longtemps il avait imaginé ce genre de choses sans pouvoir les avoir alors maintenant… Il peinait encore à réaliser qu’il avait son pâtissier tout à lui, et juste à lui. Il avait eu tellement de mal à l’avoir qu’il craignait toujours de le perdre. C’était tout de même un comble ! Il était terriblement gentil et altruiste et lui… Et bien disons qu’il n’était pas l’exemple même du parfait sorcier aimable et prêt à aider. Alors que Beny soit amoureux de lui… C’était incroyable. Mais génial ! Il n’allait pas s’en plaindre loin de là.

Il éclata de rire. Valandra qui avait l’air sincère… Évidemment qu’elle le semblait ! Ezéchiel ne pensait pas avoir déjà rencontré quelqu’un d’aussi bon acteur qu’elle. Mais bon, il préféra ne rien répondre. Déjà parce qu’il savait que le poufsouffle avait envie de changer de sujet, et ensuite parce qu’il ne souhaitait pas trahir son amie. Bon, il savait bien qu’il pouvait faire parfaitement confiance à Beny, et d’ailleurs c’était le cas, il aurait pu lui confier sa propre vie sans sourciller, mais il ne voyait pas l’intérêt de lui dire ce qui se cachait sous le sourire de sa fiancée. C’était le secret de la jeune fille, et il le respectait.

La perspective de manger une forêt noire était assez tentante. C’était un des desserts qu’il aimait beaucoup, presque assez pour hésiter très longtemps -au moins deux secondes- à se lever pour que son brun la lui termine. Sauf que non, il avait décidément la flemme. Il était trop bien installé et que Beny lui caresse doucement les cheveux n’arrangeait rien. Au pire oui, ils pourraient attendre demain.

-Tu veux que je demande à Syphilis de la terminer ?
Le taquina-t-il.

Il savait parfaitement qu’il n’aimait qu’on touche à ses gâteaux, qu’il faisait toujours lui-même. Déjà que quand le serpentard voulait l’aider, il devait lui forcer la main et ne pas lui demander son avis… Alors un elfe de maison, il imaginait bien qu’il refuserait. Mais c’était plus fort il adorait le taquiner. Il adorait taquiner tous ceux qu’il aimait d’ailleurs, pas juste lui mais ça c’était une autre histoire.

Lorsque le mouvement paresseux des doigts sur sa tête s’arrêta brusquement, Ezéchiel se redressa un peu pouvoir regarder Beny, qui semblait complètement désemparé par la réflexion de son chéri, ce qui lui tira un grand éclat de rire.

-C’est si terrible que ça de rencontrer ma mère ? Elle ne va te mordre tu sais !

Bien au contraire. Octavie avait toujours été douce et tournée vers l’amour des autres. Elle arrivait bien à trouver des qualités à son père, c’était dire ! Il était certain que les deux s’entendraient très bien.

-N’importe quoi ! Il n’y a pas plus tolérant que ma mère. Soit naturel ça lui ira très bien. En plus elle est déjà passée à ta boutique donc elle t’a déjà vu.

Il ne savait pas si Beny avait su qui elle était parce que, étant bien plus discrète que son mari, au final beaucoup de gens avaient entendu parler d’elle mais ignoraient à quoi elle ressemblait.

-De toutes façons je suis presque sûr qu’elle est courant qu’il y a quelqu’un dans ma vie. Si ça se trouve elle sait même que c’est toi. J’ai jamais su comment elle faisait mais elle devine toujours tout.

Dans son enfance ça l’avait d’ailleurs bien embêté, parce qu’elle devinait toujours ses bêtises. Sa mère était terriblement clairvoyante, au point qu’il s’était déjà demandé si elle n’était pas legilimens ! Mais bon, elle n’était pas du genre à vouloir lire les pensées des autres. De toutes façons la plupart du temps elle n’en avait même pas besoin !



© Aelyne









Dernière édition par Ezéchiel U. Crowford le Mer 3 Aoû - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


ϟ Parchemins : 151

MessageSujet: Re: Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas ~ Ezéchiel Dim 31 Juil - 19:40



Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas


Entendre Ezéchiel rire après qu’il ait dit que Valandra avait l’air sincère mit Benoît mal à l’aise, il avait l’impression que son chéri se moquait de lui ou qu’il avait dit une bêtise. Non, c’était ridicule ! se morigéna-t-il en se traitant mentalement de triple andouille. Ezéchiel ne se moquerait jamais de lui. Du moins pas méchamment, ça il en était sûr. Parce qu’il fallait reconnaître que son petit ami aimait le taquinait, mais ce n’était jamais méchant et Beny ne lui en voulait jamais pour ça. Le pâtissier préféra ne pas demander au Crowford ce qui le faisait rire, il n’avait pas envie de s’étendre sur le sujet de Valandra, il passait un trop bon moment avec celui qu’il aimait pour tout ternir en pensant à la fiancée de son chéri ! Mieux valait la tenir loin de son esprit. Du coup, il continua à caresser paresseusement les cheveux de l’aristocrate. Du moins jusqu’à ce qu’il n’ose proposer de demander à son elfe de maison de terminer la forêt noire qu’il avait commencé à préparer pour son bien aimé.

-Ah non hein ! protesta-t-il vivement en se levant d’un bond du canapé. Si tu la veux ta forêt noire, je vais la terminer tout de suite, affirma-t-il en se tournant vers la cuisine.

Mais il n’eut même pas le loisir d’esquisser un pas pour rejoindre la forêt noire qu’il se retrouva de nouveau happer sous le plaid qui le recouvrait quelques instants plus tôt et qu’il finit, de nouveau, blotti contre le torse de son chéri. Visiblement, ce dernier n’avait pas si envie que ça de sa pâtisserie, il avait sûrement dit ça pour le taquiner. Pour se venger de cette petite plaisanterie, Benoît mordilla légèrement le téton de son petit ami avant de s’installer de nouveau confortablement contre lui. Une fois cela fait, sa main retourna s’enfouir dans les cheveux du Crowford qu’il recommença à caresser avant de suspendre, une nouvelle, son geste quand Ezéchiel parla de lui présenter sa mère. En entendant la réaction de son chéri, il se sentit stupide.

-Je…je sais bien qu’elle va pas me mordre ! protesta-t-il sur un ton piteux. C’est juste que…tu veux vraiment qu’elle me rencontre ?

Il avait beau chercher, il ne voyait pas. Enfin si, la seule explication était qu’Ezéchiel voulait que sa mère rencontre son petit ami, l’homme qu’il aimait qui plus est, mais Beny avait naïvement pensé que cette rencontre se ferait une fois ses fiançailles avec Valandra officiellement rompues. C’était sans doute à cause de ça qu’il avait été à ce point surpris. Heureusement, son brun parvint à le rassurer quelque peu en disant que sa mère l’accepterait tel qu’il était.

-Oui, je l’ai déjà vu mais à la boutique c’est pas pareil que…que de rencontrer la maman de son petit ami, murmura-t-il en rougissant légèrement. Et si je dis une bêtise devant elle ? Ou que j’aborde un sujet qu’il faut pas ? Je suis sûr qu’elle va me trouver idiot…  

Il fut de nouveau surpris quand Ezéchiel lâcha qu’il soupçonnait sa mère d’être au courant qu’il avait quelqu’un dans sa vie. Et il écarquilla carrément les yeux de surprise en entendant qu’elle se doutait peut-être qu’il s’agissait de lui, Benoît Fortarôme, pâtissier-glacier un peu naïf du Chemin de Traverse. Comment pourrait-elle donc savoir une telle chose ? Ça semblait presque impensable, jusqu’à ce que Beny se souvienne d’un détail non négligeable : il s’agissait de la mère d’Ezéchiel, une Crowford qui plus est, il ne devrait même pas être étonné. Après tout, Ezéchiel lui-même semblait toujours tout savoir de lui, ou presque, il devinait ses humeurs comme s’il lisait en lui comme dans un livre ouvert et il savait toujours lorsqu’il lui cachait quelque chose. Ce n’était pas étonnant que sa mère soit pourvue du même talent vis-à-vis de son propre fils.

-C’est normal qu’elle devine toujours tout, lâcha-t-il alors avec un naturel déconcertant. Tu es son fils, c’est sûrement la personne qui te connaît le mieux au monde, non ? Par contre, continua-t-il en fronçant les sourcils, comment pourrait-elle savoir que c’est moi ?

Parce que, si Octavie Crowford avait pu deviner que son fils sortait avec lui, quelqu’un d’autre pourrait le faire également. Ça signifiait que quelque chose dans leurs attitudes les trahissait et si c’était le cas, Beny était persuadé que ça venait de lui et non pas de son chéri.


If they hurt you, they hurt me too
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


ϟ Parchemins : 153

MessageSujet: Re: Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas ~ Ezéchiel Mer 3 Aoû - 15:49



Le coeur perçoit ce que l'oeil ne voit pas


 



Vendredi 4 mars

Ezéchiel était toujours ébahi par la faculté de Beny de prendre à la lettre tout ce qu'il racontait. Avec le temps, on aurait pu croire qu'il finirait par comprendre lorsque son brun le taquinait, mais non, à chaque fois il prenait ses plaisanteries avec un sérieux des plus attendrissant. Comme s'il allait réellement envoyer un elfe toucher à son gâteau ! Il savait bien que lorsqu'il était question de pâtisseries, il n'avait pas intérêt à empiéter sur le territoire de son Beny. Ayant anticipé d'avance que ledit Beny allait réagir à ses paroles, le jeune héritier le rattrapa directement alors que celui-ci se levait d'un bond, offrant à cette occasion une belle vue à Ezéchiel qui ne ratait pas une miette du spectacle. Avec un rire, il prit le bras du pâtissier-glacier et le ramena contre lui avant qu'il ne s'éloigne trop. Hors de question de le laisser partir pour une forêt noire ! Il aimait les gâteaux mais il ne fallait pas abuser non plus hein. Il préférait le corps nu et chaud de son brun contre lui plutôt que d'attendre tout seul, à poil sur le canapé, qu'il termine une forêt noire dont il pouvait très bien se passer.

Une fois de nouveau confortablement installés, il laissa le brun mordiller son téton avec un sourire espiègle aux lèvres.

-Tu veux qu'on recommence ? Parce que si tu continues tu y échapperas pas.

Il adorait taquiner Beny et il savait que parler de sexe le gênait toujours. Pour combien de temps, il ne le savait pas -après tout vu comme lui-même en parlait tout le temps il finirait bien par s'y habituer un jour- mais pour le moment il en profitait. Il trouvait ça trop mignon. Mais la conversation se tourna vers sa mère -après avoir parlé de sexe, franchement, on pouvait faire mieux- et Ezéchiel s'amusa de la réaction de son vis-à-vis.

-Bah oui, j'aimerais bien. Pas toi ? Et puis qu'est ce que tu pourrais bien dire ? A part si tu te mets à décrire nos séances de jambes en l'air, elle sera ravie de t'entendre parler. Et y'a rien que j'aie à lui cacher alors tu peux parler de ce que tu veux. Elle te trouvera pas débile, elle ne voit toujours que ce qu'il y a de mieux chez les autres. En même temps sinon elle aurait fini dépressive depuis longtemps entre mon père et moi.

Enfin lui au moins montrait de l'affection pour sa mère. A sa manière certes, mais il n'avait jamais manqué ses anniversaires, et aimait lui faire plaisir ou passer du temps avec elle alors que son père la délaissait et la laissait s'ennuyer. Heureusement que son oncle était là pour lui tenir compagnie. Il eut un sourire en voyant la tête surprise de Beny en apparenant que sa mère se doutait de quelque chose. Il pouvait le comprendre, lui aussi ignorait comment elle faisait. C'était peut être le sixième sens féminin. Ou un truc spécial de mères. Ce fut cependant à son tour d'être étonné lorsque son petit-ami sortit naturellement que c'était normal, avant de rire.

-Oui, vu comme ça, c'est vrai. Et je sais pas trop comment elle le sait. Peut-être parce qu'elle a appris que tu étais là le jour où je t'ai euh... Soigné et qu'elle a fait le lien. J'invite presque jamais des gens chez moi alors bon.

Il avait évoqué rapidement le fameux jour, ne souhaitant ramener sur le tapis des sujets sensibles, comme la fameuse agression commanditée par lui. Mais il pensait vraiment que c'était ça qui l'avait trahi. Parce que sinon effectivement, comment aurait-elle pu le deviner ? Mystère.

-Te prends pas trop la tête avec ça, fit-il en lui caressant la hanche. Je te dis qu'elle t'aimera bien. Et puis je compte pas faire un truc trop officiel. Juste te la présenter comme ça. Pas besoin de champagne ou de petits-four.



© Aelyne







Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas ~ Ezéchiel

Revenir en haut Aller en bas
Le cœur perçoit ce que l’œil ne voit pas ~ Ezéchiel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)
» Un regard perçant en plein coeur.
» Lux~ Que serait la lumière sans les êtres qui la perçoivent ?
» Orks VS Dark Zoneils
» Sous les frondaisons d'un arbre [PV : Papillon Etoilé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic is Might :: Londres Sorcier :: Place Nicolas Flamel-